Le voyage de Burgen Bralund - partie 1

-

Retour

-

L'oiseau s'est posé avec élégancesur une grande roche. Sa tête s'est inclinéelégèrement sur le côté, observantles environnements. Il se reposait en haut d'une grandecolline. Les montagnes du Voile de la Veuve paraissaientimposantes à l'horizon, vers l'ouest, et descontreforts étendus s'étiraient àl'est. Il était tôt dans l'après-midi,bien que des nuages sombres apparaissaient fortementdans le ciel. Une brise fraîche balaya le hautdes collines. Elle soufflait délicieusement àtravers les vallées, glissant sur les hautesherbes vertes avant de balayer vivement le haut desterres les plus élevées.

Il y eut un bruit assourdissant. L'oiseau fit quelquespetits pas en avant sur sa roche, observant avec curiositéen direction du bruit. Il y eut un autre bruit etune grande créature se leva du côtéde la colline. L'oiseau n'avait jamais vu une tellecréature auparavant, et certainement pas uneaussi grande. La bête semblait presque aussihaute que plusieurs des petits arbres qui s'élevaientau-dessus de l'herbe dense.

Il avait un long visage marquépar le temps. Des plis profonds apparaissaient surson front et une chevelure brune et sale chutait desa tête, derrière une barbe épaisse,sur ses épaules. La créature examinale secteur pendant un moment, ses yeux froids et grisse sont posés sur l'oiseau. Elle gronda etregarda une petite tâche blanche qui avait gicléesur son épaule droite. Le regard fixe de lacréature, qui ne semblait pas contente, sedécala de nouveau vers l'oiseau.

***

Burgen Bralund grogna et insulta méchammentl'oiseau qui s'était alors envolé, semettant ainsi hors de son atteinte. Il détestaitles oiseaux, particulièrement celui-là.Il porta à son épaule un autre regard,celui du dégoût, et fit de son mieuxpour effacer la trace. Sa tunique en cuir lourd avaitvu de meilleurs jours, mais il survivrait.

Burgen n'affectionne pas beaucoup les voyages. Ilavait une jolie et confortable maison et étaitparfaitement content d'y rester. Seulement en desrares occasions il s'aventurait loin de son territoire,mais c'était vraiment qu’en certainesoccasions.

Il avait fait un long voyage, cependant il étaitpresque arrivé. Le Demi Géant avaitlaissé sa paisible vie, dans l'est, dans lebut de rechercher quelque chose de très spécial;Un minerai si pur que tout objet ayant étéforgé dans cette matière ne se casseraitjamais. Théoriquement - naturellement, il nesavait pas auparavant que le seul endroit pour entrouver était dans des cavernes profondes sousdes chaînes de montagnes, loin de chez lui.Mais maintenant, il était ici, fixant du regardle haut du Voile de la Veuve.

Le Demi Géant fronça les sourcils.Les solides courroies de son sac de voyage lui pesaientsur les épaules. Il se penchait sur un vieuxbâton, tenu fermement dans sa main droite, d'unbois fort et épais, et il portait son grospoids sans protestation.

Burgen regarda au-dessus de son épaule. Ilétait descendu de sa maison, dans les montagnes,par les plaines nordiques. Ces plaines avaient prisun long moment à être traverséesmais, pour Burgen, c'était la partie la plusplaisante du voyage. Après les plaines, ilest arrivé dans le Domaine de Rindol. C'étaitsensiblement moins plaisant. Les Halflings, dans l'ensemble,étaient beaucoup trop joyeux, avait rapidementconclu Burgen. Il fut très heureux de laisserces minuscules personnes derrière lui.

Il avait rencontré quelques nains avant etil préférait mieux leur compagnie. Ainsiil était optimiste au sujet de son arrivéeà destination, à Bordinar's Cleft. Dumoins, aussi optimiste que Burgen était capablede l’être.

Le pied du Demi Géant glissa pendant qu'ildescendait la colline raide, l'envoyant dégringolersur plusieurs rochers devant lui. Il s'est rattrapéjuste avant de tomber en contrebas, lançantune vague d'insultes.

"Je déteste ces collines," murmuraBurgen douloureusement.

***

Pendant plusieurs heures, le Demi Géant avançapéniblement à travers les hautes herbes,dans le silence, de temps en temps interrompu parde brefs injures lancées aux oiseaux errantsvolant trop prés de lui à son goût.Dans la lumière qui diminuait, il pu justeapercevoir la silhouette d'une tour de surveillancesur une colline au loin. La couverture nuageuse avaitobscurci les étoiles, rendant le voyage denuit presque impossible.

Burgen regarda en haut et maudit le ciel. "Jedéteste ces nuages," grogna t'il. Il avaitespéré atteindre Bordinar's Cleft lelendemain, mais maintenant cela ne se produirait jamais.Il devrait trouver un endroit approprié pourfaire son camp.

Burgen lança un regard caustique vers la tourde surveillance. Il avait eu plus que sa part de compagnieces derniers jours, et n'avait aucun désirde marcher vers la tour juste pour en avoir encore.En outre, il y aurait certainement un Halfling làbas.

Alors que les crêtes sinistres du Voile dela Veuve approchaient de plus en plus prèset que les collines commençaient à prendrede la hauteur, Burgen trouvait que le sol devenaitbeaucoup trop plat. Il ne voulait pas particulièrementdormir sans surveillance sur un terrain complètementdécouvert, surtout aussi proche de la basedes montagnes qui étaient la maison de créaturestout à fait affectueuses de trouver des voyageursseuls endormis. Bien qu'il était capable dese défendre, il préférerait éviterà avoir à le faire - une chose qui luia souvent semblé ennuyeuse à faire personnellement.

Après avoir quelques moments "loucher"les environs, dans l'obscurité, il trouva unezone appropriée. Deux arbres assez grands jaillissaientde la terre, l'un à côté de l'autre.Leurs troncs s'étaient développésensemble, s'enlaçant pour créer un courbement.Burgen s'est assis contre eux, se protégeantd'une partie du vent.

Plusieurs petits trous avaient étécreusés dans et autour de la base des arbres.Quelques animaux, vivant à l'intérieurd'eux, devraient partager leur maison pour ce soir.Le Demi Géant déposa ce qui lui servaitde bâton de marche contre les troncs empêtréset enleva son paquetage. Il s'est étirépendant un moment et s'est posé la têtesur une touffe molle d'herbe.

Aussitôt que Burgen ferma ses yeux, le venta abruptement changé la température.Il a senti une froide et humide gouttelette sur sonnez. Le Demi Géant ouvrit un oeil et observale ciel. Il eut à peine le temps de lancerune insulte que la foudre fendit les nuages. La pluierefroidissante qui a immédiatement suivi l'aimbibé presque immédiatement. Cela allaitêtre une longue nuit.

Il s'est réveillé tôt dans lamatinée. L'herbe humide scintillait et lesrayons du soleil striaient au-dessus des collines.La pluie s'était arrêtée, pendantque le vent pour la plupart, et les nuages avaientcommencé à passer. Burgen a gémi,d'un air fatigué, et a ouvert ses yeux. Ilétait encore trempé, très trempé.Ses longs cheveux étaient collés surson visage et des gouttes d'eau tombaient de sa barbesur sa tunique imbibée. Ses deux pieds étaientfermement plantés dans un grand magma de boue.
Il a poussé ses cheveux hors de ses yeux ets'est lentement levé, marmottant, observantles environnements. Il était presque àla base du Voile de la Veuve, et pouvait voir un pliprofond dans le côté de la montagne quisemblait mener à l'intérieur. Ce quisignifiait que Bordinar's Cleft n'était plusqu'à quelques heures. Burgen regardévers le bas, son pantalon était couvert deboue et il jura.

Il retira son paquetage hors de la boue et le lançaau-dessus de son épaule. Puis il se dirigeavers Bordinar's Cleft.

-

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Vanguard ?

211 aiment, 43 pas.
Note moyenne : (264 évaluations | 25 critiques)
6,4 / 10 - Assez bien
Evaluation détaillée de Vanguard: Saga of Heroes
(71 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

210 joliens y jouent, 964 y ont joué.