Dormir enfin


Retour


-

"Ne fais pas quoi ? Je n'ai rien dit."


"Tu y pensais."


L'homme imposant leva ses mains en signe de défense: "Mais je n'ai rien dit."


Un air surpris apparut soudainement sur le visage d'Elandar, ses épais sourcils revenant à la vie. Il semblait excité. "Pied tendre !" s'exclama Elandar dans un ton silencieux.


"Quoi?" Répondit brièvement Morgan, sans penser.
Le vieil homme s'inclina en se rapprochant, avec un air conspirateur envers lui. "Je pense que cet escroc qui s'occupe des écuries s'est amouraché de toi" chuchota t'il. Elandar fit un pas en arrière, et acquiesça avec sagesse.


Morgan roula ses yeux, et commença à marcher plus vite. "Nous devons nous dépêcher de retourner dans la taverne. Nous aurons besoin de tout le sommeil que nous pourrons avoir."


"Elle était jolie" dit innocemment Zanadar , s'opposant à l'allure du ranger.


"Ne devrions nous pas discuter du plan pour demain?" Demanda Morgan.


"Je crains qu'il n'y ai pas beaucoup à en dire. Nous nous levons, prenons mon épée et les chevaux, et après nous nous rendons à Rindol Field" répondit l'homme imposant. "Qui est Gillian ?"

Morgan ignora la question.


"Tu es avec elle?" demanda Zanadar. "Ta femme, peut être?"


"Sa femme!" s'exclama Elandar. "C'est juste un garçon. Il est beaucoup trop jeune pour être marié."


"Je ne sais pas Elandar," répliqua l'homme imposant.

"Il se peut que ce soit un mariage arrangé."
"...et c'est pour cela qu'il ne veut pas en parler" finit le vieil homme.


"Exactement."


"Et cette coquine sans foi ni loi, Renna?"


"En fait, c'est juste sa maîtresse dans la ville" expliqua Zanadar.


"Bon !" Dit finalement Morgan, levant ses mains en l'air. "C'est ma soeur."


"Qui?" Interrogea Elandar.


"Gillian!"


"Ah, tout cela commence à avoir du sens, maintenant" répliqua Zenadar, d'un air entendu.


"Je t'ai dit qu'il était trop jeune pour être marié", dit l'enchanteur. "Si je peux te donner un conseil, garçon, c'est de ne jamais te mettre un fardeau en te mariant. Et surtout pas avec ta soeur."


Morgan essaya de trouver une réponse, mais le mieux qu'il arriva à trouver fût un air dédaigneux.


"Tu es dément, vieil homme", l'accusa Zanadar. "Donc Gillian vit à Tursh?"


"Oui" répondit Morgan "elle y vit."


"Et Renna veut qu'elle vienne et vive à New Targonor?"


"Oui" dit Morgan avec précaution, "c'est cela."


"Que penses tu de cette idée ?"


Morgan changea soudainement. "Pourquoi m'interroges tu ?"


"Je fais juste la conversation" dit l'homme imposant avec un sourire.


Bientôt les trois hommes avaient fait leur chemin de retour jusqu'à la taverne, à l'autre bout de la ville. De grosses torches illuminaient le côté du bâtiment, leurs flammes dansant silencieusement dans l'air tonifiant de la nuit. Morgan pouvait entendre de la musique venant de l'intérieur, accompagnée par des voix fortes, et des éclats de rire occasionnels.


La porte de la taverne s'ouvrit brusquement, inondant la rue avec l'odeur nauséabonde, mais familiale, de la bière et de la transpiration. Un petit, et corpulent, homme sorti en trébuchant de l'entrée, et se fit brutalement un passage, en poussant Morgan avant de sortir en chancelant dans les ténèbres. La porte commença à osciller pour se refermer, mais Zanadar l'attrapa. Il fit signe aux autres de rentrer.


L'intérieur de la taverne était un contraste très frappant par rapport à la tranquillité relative des rues durant la nuit. Une petite troupe dans le coin du bâtiment chantait une joyeuse mélodie, pendant que les plus joviaux clients chantaient comme des ivrognes, incitant les autres à en faire de même. Les travailleurs, étaient alignés sur les murs de la taverne agitée, rendant le passage à travers la foule difficile.


"Vous êtes dans les chambres cinq et six. Et peu importe ce que l'alcoolique dans la chambre vous dit, la chambre cinq n'est pas la sienne", hurla une voix assourdissante venue de quelque part dans la foule.
Morgan regarda attentivement la zone, espérant trouver d'où venait la voix. Un homme grand et costaud, se tenant directement en face du ranger, fit soudainement un écart brusque, comme si il était attaqué par l'autre côté. Sascha sorti calmement de derrière lui, un air ennuyé sur le visage.


"Bouge la prochaine fois!" brailla-t-elle au client. Elle pointa ses yeux vers les trois hommes, et leva sa main. Deux clefs pendaient de ses poings serrés.
"Merci" dit Zanadar d'un ton plaisant, atteignant les clefs. Sascha les ôta d'un geste brusque à la dernière seconde.


"Pas si vite", dit la barman. "Vous trois vous allez aller directement au lit. Je n'ai pas besoin de plus d'ennuis ici ce soir, et toi....", elle montra Elandar, "tu fais toujours des ennuis."


"Foutue jeune fille, je n'ai jamais rien fait de mal."


"Comment viens tu juste de m'appeler?"


"Ne fais jamais attention à lui", dit Morgan. "Cela nous semble bien. Nous prévoyions d'aller directement nous coucher de tout façon, et nous serons hors de ton auberge avant que le soleil ne se lève demain." Il déplaça le sac de voyage sur son épaule et prit une pièce de la petite bourse sur sa ceinture. "En fait," continua le ranger, "pourquoi ne prends tu pas ceci maintenant, pour que nous puissions partir demain sans te gêner ?"


Le regard dur de Sascha se radoucit un peu. "C'est une très bonne idée. Merci." dit elle, en prenant la pièce. Avec ça, Sascha lui donna les clefs, et se tourna promptement puis retourna voir les autres clients.


"Très diplomate Morgan," approuva l'homme imposant. "Tu apprends vraiment vite".


"Je voulais juste enlever ce sac de mon dos", répliqua t'il. Il baissa les yeux jusque ses mains. "Tu veux la chambre cinq ou six ?"


"Nous prendrons la six", affirma Elandar.


Zanadar haussa les épaules. "La six semble bien"


Morgan donna la clef à l'homme imposant, et les mena à travers la foule, vers l'escalier bancal, au fin fond du bâtiment. La seconde partie de la taverne était regroupée autour d'un seul couloir, menant depuis les escaliers jusqu'à une sombre chambre commune à l'opposé de l'étage. Trois portes alignées de chaque côté du couloir étaient adjacentes l'une à l'autre. Des numéros grossiers avaient été profondément gravés au centre de chaque lourd montant de bois.


"Ne vous inquiétez pas, c'est plus confortable que ça en a l'air." Dit Zanadar dans une voix rassurante.
"Je ne m'inquiétais pas, ça me semble bien. Je suis habituée au sol, et je doute qu'il puisse être moins confortable que ça", répondit Morgan alors qu'il entrait dans la chambre possédant cinq gravures à l'eau forte au dessus de la porte.


Zanadar ouvrit la porte de sa chambre. "Tu as certainement raison. Si c'était moins confortable que le sol, ils ne feraient pas beaucoup d'affaire," il sourit, "maintenant le ferait il?"


"Assez parlé !" réprimanda rudement Elandar. "Je suis fatigué." L'enchanteur grincheux essaya de faire son chemin en poussant Zanadar. "Ecarte toi de mon chemin, andouille."


"Et même si ce n'est pas très confortable," continua l'homme imposant avec un sourire de côté, dans la direction du vieil homme, "au moins, tu n'as pas à partager la chambre avec lui."


Morgan ria doucement. "Tellement vrai."


"Bonne nuit" dit Zanadar.


"Bonne nuit à toi" répliqua t'il, alors que l'homme imposant et Elandar disparaissait dans leur chambre pour la nuit. Morgan ne perdit pas de temps à ouvrir la porte qui lui faisait face, et entra.


La chambre était petite, seulement un lit et un bureau, qui semblait usé, occupaient le plancher. Une fenêtre sale qui donnait sur l'allée juste à côté de la taverne, faisait parvenir la seule source de lumière. Le faible éclat de la lune filtrait à travers les carreaux sales et éclairait doucement dans la chambre. On aurait cru que des rideaux avaient autrefois couvert la fenêtre, mais seuls leurs lambeaux pendus au mur subsistaient.


Morgan posa son sac sur le plancher et s'assit sur son lit. Il était étonnement doux. L'homme imposant avait raison. Il ferma ses yeux et respira doucement. Le bruit venu d'en bas était très audible, bien que la musique semblait s'être arrêtée, pour le moment au moins. Il pouvait entendre des ronflements irréguliers venus de la pièce commune, et l'odeur n'était pas bien mieux en haut que en bas, mais Morgan ne s'en préoccupait pas. Il était éreinté. La fatigante et rapide randonnée de la nuit précédente, de Tursh, lui avait enlevé ses forces et il avait beaucoup de choses dans ses pensées.


Il détacha la courroie qui fermait son sac de voyage fermé, et l'ouvrit tranquillement, fouillant à son aise à l'intérieur. Un garde dans du cuir noir dépassait de l'ouverture. Il réfléchit un instant avant de la saisir et de la sortir de son fourreau. Le métal de couleur indistincte était léger, la rendant facile à empoigner. Il en avait une en tout point identique dans son sac.
Morgan retourna la masse dans ses mains alors qu'il pensait. Il n'avait pas prévu que Adlus lui donne une réelle mission. Et bien qu'il désirait cette chance de prouvait qui il était, il fut plus qu'un peu neveux de cette perspective. Et si il y avait quelque chose à Rindol Field ? Pour cette affaire, pourquoi avait il été désigné par cette tâche ? Qu'est ce qui pourrait occuper autant de rangers saisonniers dans l'est, sur les hautes terres ?


Morgan n'arriva pas à s'empêche de rire, en dépit de lui même. Il doutait que cette dernière partie soie vraie. Adlus avait du flair pour le dramatique, et un encore plus grand don pour faire que les situations paraissent encore pires qu'elles ne l'étaient déjà.


Encore plus inattendu était le fait que Zanadar et le grincheux vieil homme réclamait un "puissant sorcier" pour sa mission. Peut être que Adlus avait simplement envoyé Zanadar pour le surveiller, pour être sûr qu'il ne gâchait pas le travail. Morgan le savait bien cependant. C'était vrai, qu'il était un débutant, mais il était plus que capable de faire attention à lui, et de traiter des affaires avec discrétion. Le Ministre ne devait pas être l'homme le plus au courant dans la ville, mais il devait savoir cela.


Donc pourquoi envoyer Zanadar ? La question tenailla Morgan, suspendu en face de lui, au delà de sa portée. La seule explication qu'il put trouver était que l'homme imposant avait été envoyé car Adlus n'était pas sûr qu'il puisse s'y prendre seul, quelque soit le problème. De plus Zanadar, semblait être une personne intelligente. Si c'était effectivement le cas, pourquoi aurait il emmené un frêle vieil homme, désillusionné ? Aucun d’eux n’étaient des rangers.


Plus Morgan pensait, plus il avait de questions sans réponse. Il aimait quand même bien Zanadar, et sachant que l'homme imposant serait là dans le moindre moment de trouble devrait arriver à le conforter. Elandar, cependant, était un tout autre problème. Elandar inquiétait Morgan.


Juste après, on entendit un intense martèlement provenant de l'entrée de la pièce. Quelqu'un faisait des bruits violents de l'autre côté de la porte du ranger. Il se raidit, et, instinctivement, il resserra ses mains sur sa masse, et attendit.

-

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Vanguard ?

211 aiment, 43 pas.
Note moyenne : (264 évaluations | 25 critiques)
6,4 / 10 - Assez bien
Evaluation détaillée de Vanguard: Saga of Heroes
(71 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

210 joliens y jouent, 964 y ont joué.