Sascha

-


Retour


-

L'homme imposant pris une petite gorgée de sa bière et la déposa. « Non, il ne le saitprobablement pas ».

« Probablement pas? »

« Je ne sais pas lire dans les esprits. Je suppose que c'est possible qu'il le sache, oui. Mais je ne pense pas que ce soit le cas. »

«Mais tu ne lui as pas dit?»

«Moi? Non», répondit Zanadar.

«Est-ce qu'il connaît Elandar?»

Le sorcier sourit sombrement. «Nous l'avons rencontré.»

«Est-ce pour ça que tu ne lui as pas dit qu'Elandar venait avec nous ?» demanda Morgan.

Zanadar observa le vieil homme. «Je lui ai dit que celui ci était compétant. J'ai une bonne impression de lui depuis le début.»

Elandar haussa les épaules. «Je ne suis toujours pas décidé. Il a manqué de respect à mon personnel.»

«Oh», dit Zanadar sérieusement, «Tu dois être attentif à ça Morgan.» Il sourit au ranger.

«Je ferai.. plus attention à cela dans le futur», dit Morgan, ne sachant pas trop que répondre. «Donc Adlus ne sait pas qu'Elandar vient avec nous», il continua, «et s'il savait, il désapprouverait certainement. C'est bien ça ?»

«Interprète le ainsi», répondit Zanadar froidement, «il n'a pas dit que Elandar ne pouvait pas venir, n'est ce pas ?»

Juste à ce moment, Sascha émergea de la foule, portant un large plat fumant de sanglier rôti. Elle lança un regard mauvais à Elandar. Le vieil homme grogna. Sascha regarda Zanadar. «Lui as-tu dit pour le crochet de boucherie ?»

L'homme imposant acquiesça. «Oui, m'dame. Je n'aurais pas osé ne pas le faire.» Elle regarda mesquinement Elandar.

«Sale bonne femme !», dit il, «Je n'ai rien fait ! J'ai faim !»

Gardant un oeil observateur sur le vieux magicien, elle posa, avec attention, le plat sur la table en face d'eux. Elle fit un pas en arrière et regarda Elandar d'un air suspect. «Voici ton sanglier, ne pense même pas à essayer quoi que ce soit.»

Le vieil homme piétina avec indignation, et marmonna quelque chose.

«Merci, Sascha», dit Zanadar en souriant amicalement. «Ça semble très bon. Nous apprécions.

«Vous êtes les bienvenues», dit elle en regardant toujours Elandar de près. Le sorcier attrapa impatiemment le sanglier, et commença à en déchirer un large morceau. Satisfaite Sascha s'éloigna doucement de la table, et retourna voir les autres clients.

Morgan se servit une portion honnête et commença à manger. Il n'avait pas réalisé comme il était affamé. «Je ne suis toujours pas à l'aise avec ça», dit il entre deux bouchées.

«Morgan», lui dit Zanadar, «fais-tu toujours ce qu'on te dit de faire ?»

«Pas toujours, non.» Répliqua-t-il sur la défensive, «mais si Adlus ne voudrait pas…»

«Adlus ne sait pas, il n'a pas besoin de savoir, et aussi amusant que ça pourrait l’être s'il le découvrait, il ne le fera probablement pas. Je pense que tu surestimes ton bien-aimé Ministre, Morgan. Je ne sais pas si tu as remarqué, mais il n'est pas exactement la personne la plus astucieuse dans le monde.»

«Mais même…»

«Regarde de cette façon», dit patiemment l'homme imposant, «quelle est la pire chose qui puisse arriver ? Il te renverra à ce que tu faisais avant ? L’avantage à être tout en bas, est que tu ne peux pas descendre plus.»

«Oh, c'est vraiment rassurant», réplique Morgan.

«Mais vrai !» le coupa Elandar en riant.

«Bien, je ne pourrai pas être rétrogradé. Mais je pourrai tout de même être démis de mon poste de ranger.» Dit Morgan.

«Encore mieux !» dit le vieil homme excité. «Tu pourrais alors être capable de faire quelque chose de toi même !»

«Tu sais, les rangers sont une bonne organisation.» Dit Morgan, un peu agacé. «Nous gardons les routes sûres, risquons notre propre personne pour le faire, on fais attention à n'importe quel danger, même dans les conditions les plus dures, et nous ne demandons rien en retour.»

«Et vous êtes humble», ajoute Elandar, «n'oublies pas humble.»

«Bon, si tu penses que les rangers sont si inutiles, pourquoi es tu si empressé de travailler avec l'un d'entre eux ?

Zanadar sourit. «Tu as vu juste là-dessus, vieil homme.»

«Je n'ai rien vu du tout !» réplique-t-il indigné. «Il y a eu un temps où les rangers rendaient un service utile. Maintenant ils sont à peine plus qu'un ramassis de dandys incapables, plus préoccupés par l'impression qu'il font sur les femmes que par leur travail.»

«C'est un tout petit peu injuste Elandar», dit Zanadar, «regarde Morgan - combien de femmes penses-tu qu'il a impressionné ces derniers temps ?»

Morgan regarda l'homme imposant. «Je pensais que tu étais avec moi !» dit-il.

«Je suis avec toi, je te défendais.»

«Je suis celui qui t'attaque, toi petit pied tendre !» dit Elandar, brandissant un bout de viande au ranger.

Morgan fit tourner ses yeux, et regarda les deux hommes assis de l'autre côté de lui. Il pensa qu'au moins ce n'était pas le chemin.

«Tu ne vas pas pleurer, n'est ce pas ?» demanda le vieil homme. «Ça serait terriblement gênant.»

«Non», dit Zanadar, «mais je pense qu'il pourrait juste t'assommer avec sa chope si tu ne fais pas attention.» Il regarda Morgan. «Ce n'est pas vrai ?»

Morgan se rappela son but. «Je ne sais pas», dit il, satisfait, «il peut être trop puissant.»

L'homme imposant rit à gorge déployée. «Oui, il peut sûrement l'être.»

Les trois hommes ne mirent pas beaucoup de temps pour finir leur repas. Morgan avait toujours des scrupules à laisser Adlus dans l’ignorance, mais il décida de s'en occuper le moment venu. En les accompagnant, Elandar pourrait gêner le Ministre si il le démasquait, mais Morgan était prêt à prendre ce risque si cela signifiait obtenir vraiment une mission. C'est pourquoi il était presque sur qu'il ne s'était jamais rencontré avant qu'il trouve quelque chose chez le vieil homme qui le lui rende étrangement familier.

Zanadar bailla à s'en décrocher la mâchoire et reposa sa tasse. «C'était assez plaisant.»

«Si tu le dis», grincha le vieil homme, «j'ai déjà vu mieux.»

L'homme imposant jeta un regard sur l'assiette vide d'Elandar. «Tu en as vraiment mangé beaucoup», dit il.

«Ne me regarde pas comme ça, j'avais faim ! Je n'avais pas mangé de la journée.

«Pauvre vieil homme délaissé», le taquina Zanadar. «Donc», demanda-t-il, regardant Morgan, «maintenant que nous avons bien mangé, quelle est la prochaine chose à faire ?»

«Pourquoi tu lui demandes ?» lui demanda Elandar incrédule.

«Oh, je suis désolé. Tu veux lui demander ?»

Elandar regarda l’homme imposant d’un regard mauvais. Zanadar rit de tout cœur, et regarda à nouveau le ranger. « Il semble complètement idiot quand il commence à s’énerver comme ça », il sourit, « nous avons quelques heures encore avant que la nuit ne tombe. Pourquoi ne ferions nous pas les préparations dont nous avons besoin pendant ce temps, et ensuite revenir ici ? »

«Tu veux passer la nuit ici ?» demande Morgan, « Adlus semble vouloir nous voir prendre la route le plus tôt possible. »

« Adlus a dit que nous devions partir demain matin, au plus tard, et je ne sais pas pour toi, mais dormir dans un joli lit confortable me paraît bien plus attrayant que dormir dans une jolie et confortable pile de saleté sur le côté de la route. C’est la dernière chance que nous aurons sûrement d’avoir une bonne nuit pour un moment, je vais en profiter », il sourit du coin des lèvres, et fit haussa les épaules. « Mais ça ne concerne que moi. »

Morgan y pense un moment, regardant les choix qu’il avait. Il était pressé de reprendre la route, mais l’homme imposant avait un bon argument ; un lit douillet et chaud lui semblait très plaisant. « Une bonne nuit entière de sommeil dans un lit me semble assez plaisant », admit-il.

« Oh ! Assez plaisant ! » Répondit Elandar en écho, pour se moquer. « On offre au blanc-bec une alternative à dormir sur le sol froid, et c’est seulement assez plaisant. Suffisamment vieux pour porter une arme, mais trop jeune pour apprécier un bon, doux lit. Je suis déjà effrayé ! »

Zanadar roula des yeux. « Donc on reste pour la nuit, Morgan ? »

Morgan pensa un moment avant d’acquiescer. « Je suppose que si nous partons plus tôt ça ne sera pas un gros problème. On aura juste besoin d’être rapide. »

« Et ça sera ainsi ! Le roi Piedtendre a parlé ! » Proclama bruyamment Elandar. Plusieurs des clients de la taverne tournèrent leur tête en direction du groupe, avec un œil amusé. « Le monde peut continuer maintenant, » finit le vieil homme, dans un mouvement dramatique de ses bras.

Morgan se senti soudain quelque peu fou. Il commença à dire quelque chose mais Zanadar, sentant apparemment qu’il était inconfortable, haussa la voix. « Oh, fais taire ton vieux moulin à paroles, Morgan a juste une conscience. Je connais ce que tu as traversé pour ne plus en avoir un, mais malgré ce que tu penses c’est une bonne chose d’en avoir. »

«Ça l'est certainement !» rétorqua Elandar. «Regarde jusqu'où ça t'a emmené, après tout.»

L’homme imposant plissa ses yeux. « Comment veux tu que je fasse un nœud avec ta barbe ? »

Le vieil homme se vexa et se retourna. Morgan n’y pouvait rien, mais il fut pris d’un petit rire. « Merci », dit il à Zanadar.

L’homme imposant sourit d’un air satisfait. « Je sais aussi faire des bons nœuds. Ils ne se défont jamais », il s’arrêta un moment, « nous devrions probablement être en chemin maintenant. »

Morgan fit signe que oui alors que Zanadar bougeait ses mains dans les airs, faisant des gestes pour Sascha, et commença à défaire la partie de sa bourse accrochée à sa ceinture usée.

« Il n’y a pas besoin de ça Morgan », affirma simplement Zanadar, « je m’en occupe ».

« Ça n’a pas de sens ! J’ai mangé ma part, et je vais payer ma part », dit le ranger alors qu’il atteignant sa bourse afin d’en sortir quelques pièces.

« C’est presque vrai, mais de toute façon c’est moi qui ai eu l’idée de venir ici. »

« En fait, c’était mon idée », lui rappela Elandar.

« Pourquoi, tu as tout as fais juste vieil homme », agréa Zanadar, « pourquoi ne payes tu pas alors ? »

Elandar fronça ses broussailleux sourcils, qui bougeaient indépendamment l’un de l’autre. « Je n’ai rien dit, c’était ton idée », dit-il.

« C’est exactement ce que je pensais », dit l’homme imposant en souriant.

À ce moment Sascha réapparu à la table, se frayant un chemin dans la foule. Elle lança aux trois hommes un regard sévère. « Êtes vous prêts pour partir ? »

-

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Vanguard ?

211 aiment, 43 pas.
Note moyenne : (264 évaluations | 25 critiques)
6,4 / 10 - Assez bien
Evaluation détaillée de Vanguard: Saga of Heroes
(71 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

210 joliens y jouent, 964 y ont joué.