Les Histoires de Mateen - L'Empire Qaliathari

-

retour

-

Mazhar Mateen s'assit lentement à sa table habituelle. Alors que ses mains parcheminées tournaient doucement les pages du livre ancien et fragile posé devant lui, un léger sourire effleura son visage ridé. Il n'aimait rien tant que s'installer dans la bibliothèque royale d'Ahgram pendant la journée. Il en avait tant vu tout au long de sa vie. Une vie d'étudiant, laquelle l'avait fait voyager aux quatre coins de Qalia. Maintenant, toutefois, il aspirait à une vie plus paisible. La bibliothèque était silencieuse, et cela lui convenait parfaitement.

Le vieil homme sentit qu'on tirait doucement sur sa robe. Baissant les yeux, il vit un jeune garçon à ses côtés. "Monsieur ?" demanda le garçon.

Mazhar fronça les sourcils. Il regarda autour de lui, s'attendant à voir les parents du garçon. Quelques autres hommes en robe erraient dans la pièce, chacun semblant perdu dans ses études. Apparemment personne ne cherchait l'enfant.

"Oui ?" répondit Mazhar.

"Etes-vous le bibliothécaire ?"

Mazhar sourit, passant les mains dans sa courte barbe blanche quelques instants, puis répondit. "Non, ce n'est pas moi."

"Oh," dit le garçon. "Qu'est-ce que vous regardez ?"

"Je lis un livre."

"Sur quoi ?"

"Sur l'histoire des arbres."

Le garçon hocha la tête. "Oh," dit-il, semblant quelque peu déçu.

"Aimes-tu l'histoire ?" demanda Mazhar sérieusement, alors qu'il mettait son livre de côté.

Le garçon haussa les épaules. "Je ne sais pas."

"Tu ne sais pas ?" demanda le vieil homme, "Comment est-ce possible ?"

"Parce que je n'y connais rien à l'histoire", expliqua l'enfant.

"Je vois," dit Mazhar, hochant la tête, "Eh bien, on n'y peut rien. A moins que…"

Le garçon sembla perdu et lui jeta un regard intrigué. "A moins que ?"

Le vieil homme haussa doucement les épaules. "Non, on n'y peut rien. Dis-moi, quel est ton nom ?"

"Erol, monsieur."

"Bon, jeune Erol, ce fut un plaisir de te rencontrer. Je suis Mazhar. Maintenant," continua-t-il, les yeux pétillants, "choisis un endroit et je te donnerai son histoire."

Le visage d'Erol s'éclaira. "N'importe quel endroit ?" demanda-t-il.

Mazhar acquiesça.


Le garçon se mit à réfléchir un moment. "Pourquoi pas à propos d'ici ?"

"Ahgram ?" demanda le vieil homme. Erol acquiesça.

"Un très bon choix." dit Mazhar, se renfonçant dans son fauteuil pendant que le garçon prenait un siège. "Il y a plus à dire sur l'histoire de notre ville qu'on ne le croit. Tu es là pour un bon moment."

***

"Notre grande cité a une histoire riche en héros mais aussi en catastrophes. On dit souvent que sans l'un on ne peut avoir l'autre. Ahgram, telle que nous la connaissons, s'est tenue fièrement au sein d'un pays en proie à des troubles pendant des centaines d'année. Des empires se sont érigés et sont tombés, le monde autour ne nous a changé, et nous avons été défiés de nombreuses fois, mais aussi terrible que fut la menace, nous avons triomphé.

"Mais notre histoire a commencé bien avant," continua Mazhar, alors que le garçon s'installait confortablement, impatient d'entendre la suite. "… Bien avant la grande fissure, Qalia était un endroit très différent. Deux grands empires humains s'affrontaient. Les fiers Qaliathari et les nobles Mordebi – deux peuples avec les mêmes espoirs et objectifs, mais qui malheureusement n'arrivaient pas à s'entendre."

"Pourquoi ?" demanda Erol.

Le vieil homme se renfonça dans son fauteuil et regarda le garçon attentivement pendant un moment. "Peut-être que bien que partageant des objectifs commun ils étaient, en tant que peuple, simplement trop différents. Les Mordebi venaient de tribus éparpillées dans l'ouest. De nombreuses années plus tard ils se sont regroupés et ont commencé à bâtir des cités. Cependant, les changements mirent du temps à arriver pour les Mordebi."

"Les Qaliathari étaient des gens à la peau un peu plus claire qui construisirent quelques unes des cités les plus grandes et les plus magnifiques que le monde ait jamais connu. Ils étaient plus évolués que les Mordebi. Alors c'est amusant de penser qu'à la fin, c'est la guerre qui les a séparés réellement – pas l'un contre l'autre, mais une guerre civile au sein de l'empire Qaliathari."

"Pourquoi combattaient-ils ?" demanda le garçon.

"Oh, pour beaucoup de choses," expliqua Mazhar. "Ils se battaient entre eux fréquemment. Bien que tout cela ait atteint d'énormes proportions lors d'une guerre en particulier."

"Shidreth Ahgramun, qui régnait sur l'empire Qaliathari, fut assassiné par un Vizir appelé Jathred Shazarethen. Beaucoup considéraient Ahgramun comme un despote, et avec l'aide du peuple et du puissant sorcier Khelium Ak'Zel, Jathred avait prévu de prendre le pouvoir après le coup d'état. Khelium, cependant, se retourna contre le Vizir après la mort de Shidreth."

"Les fils d'Ahgramun rendirent la situation du Vizir encore plus délicate. Après avoir entendu les nouvelles de la mort de leur père, ils se liguèrent afin de le venger. Beaucoup de nobles de l'empire les soutinrent, car ils avaient des droits légitimes sur le trône."

"Une troisième faction survint alors qui supportait le sorcier Khelium Ak'Zel. Khelium croyait que seuls les plus intelligents devaient pouvoir diriger l'empire, et beaucoup de mages et sorciers d'une certaine puissance le soutinrent."

"La guerre qui en découla fit rage pendant des années. Des milliers et des milliers de personnes périrent, et nombre de grandes villes Qaliathari furent détruites pendant ces périodes de conflit. De dangereuses créatures des contrées du sud, jusqu'à présent maintenues à l'écart par l'armée impériale, parvinrent à revenir dans l'empire. Durant ces années là, les Mordebi décidèrent sagement de rester loin de leurs voisins."

"Qui gagna la guerre ?" demanda Erol, sa voix trahissant l'excitation qui le gagnait.

"Personne ne gagne une guerre comme celle-là, jeune Erol," répondit Mazhar, souriant patiemment, "mais à la fin, Fassethi Ahgramun, le plus âgé des fils de Shidreth, parvint à regagner le contrôle de l'empire. Le Vizir Shazarethen et le sorcier Khelium Ak'Zel furent exécutés, ainsi que leurs sympathisants."

Le garçon écarquilla les yeux. "Tous ?"

Le vieil homme opina de la tête, gravement. "A peu près, oui. C'était une époque déplaisante de notre histoire. Le premier acte de Fassethi en tant que seigneur de l'empire Qaliathari fut de le renommer en l'empire Ahgramun, et il commença la construction d'une nouvelle capitale, qu'il baptisa Ahgram."

"Mais c'est nous ça !" pépia Erol avec excitation.

Mazhar sourit au garçon, et secoua la tête légèrement. "Mais il y a bien plus à apprendre sur notre histoire, car ce n'était pas l'Ahgram dans laquelle toi et moi vivons aujourd'hui."

"Que s'est-il passé ensuite ?"

"L'empire ne pouvait pas se permettre une autre guerre civile prolongée. Fassethi n'était pas comme son père, et il le savait. Il se concentra plutôt sur la reconstruction de l'armée impériale, et sur la chasse des bêtes qui avaient commencé à envahir son pays. Les citoyens de l'empire Ahgramun commencèrent bientôt à aimer leur seigneur, et il régna tout au long d'un âge de prospérité pour son peuple. Pendant de nombreuses générations, ses descendants dirigèrent l'empire avec justice et équité. Mais comme toute chose, cela ne pouvait pas durer…"

suite

-

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Vanguard ?

211 aiment, 43 pas.
Note moyenne : (264 évaluations | 25 critiques)
6,4 / 10 - Assez bien
Evaluation détaillée de Vanguard: Saga of Heroes
(71 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

210 joliens y jouent, 964 y ont joué.