Acculé

-

Retour

-

Morgan sourit poliment. « Salut à toi Renna ».

Une jeune fille aux cheveux noirs, qui semblait être du même âge que Morgan, émergea du box du cheval. Elle avait une allure élancée, et portait un pantalon brun noir, une tunique grise flottante, des mors et des bouts de pailles étaient attachés à ses cheveux démêlés.

« Je t’interromps dans quelque chose ? » demanda Morgan

« Quoi ? » répondit Renna, confuse.

Morgan pointa la paille suspendue dans ses cheveux.

« Ah ça ! »dit elle en la retirant, « non, tu ne m’interrompais pas. J’étais déjà réveillée de toute façon. »

« Tu dormais sur le tas ? » souffla Morgan incrédule.

« Eh bien, je ne dirais pas ça », dit la fille malicieusement, « plutôt que je travaille entre deux siestes ». Elle tourna légèrement la tête vers le vieil homme. « C’est fou que nous nous soyons rencontré ! Je suis Renna ! » dit elle en tendant la main.

Elandar ignora le geste. « De mon temps, on aurait été lapidée pour tant d’insolence ! » cracha le vieux sorcier, « je vais le faire savoir à ton supérieur ! »

« Son supérieur est Adlus », répondit Morgan.

Le vieil homme jura et pris une expression mauvaise.

« De toute manière », continua Morgan, « j’ai une raison pour être ici »

« Oui, oui, le ministre Weasel a envoyé des ordres un peu plus tôt. »

« Chut ! », chuchota Morgan, regardant par-dessus son épaule, « pas si fort, et si quelqu’un entendait ? Tu ne devrais vraiment pas parler d’Adlus comme ça si… ouvertement »

« Je suis sûre que les chevaux ne cafarderont pas » dit elle sarcastiquement.

« Quand même », dit il obstinément, « ce n’est pas une raison. »

Renna roula des yeux. « Eh bien, son estimée Excellence le Ministre Adlus de New Targonor m’avait fait envoyer un papier un peu plus tôt, au sujet de votre arrivée imminente. Il m’a bien sûre assurée qu’avec vous, il devait y avoir un grand mufle qui répondrait au nom de Zanadar. Dorénavant, étant donné que vous êtes arrivés, moi, le valet d’écurie Renna, par le présent document, vous offre deux montures d’une qualité incomparable pour vous assister au royaume de la vitesse… vraiment. »

La fille regarda les trois hommes, son regard se posant sur Zanadar. « Vous devez être le mufle », dit elle, « ravie de vous rencontrer ! »

L’homme imposant fronça les sourcils, « m’a-t-il vraiment appelé mufle ? »

« Je le crains », acquiesça solennellement Renna. « Donc… », demanda t-elle à Morgan, « comme va Gillian ? »

« Elle va bien », répondit Morgan. « Elle sera ravie que tu aies demandé. »

« Oh je suis sûre qu’elle le sera. Elle s’est décidée à venir en ville maintenant ? »

Il fit signe de la tête. « Non, elle est toujours à la maison, à Tursh. Je ne pense pas que ça changera beaucoup d’ici peu de temps. »

Renna fronça le nez. « Je ne verrais jamais ce que vous deux faites dans cet endroit. Mais je sais que quand je convaincrais finalement Gillian de venir à New Targonor tu seras juste derrière », elle fit un petit sourire narquois, « et là… tu auras des problèmes, Morgan Derek. »

Zanadar leva un sourcil.

« Ne t’en occupe jamais », dit Morgan rapidement, « et ces chevaux ? »

Renna ria méchamment, « bien sûr ! », dit elle, « pour vous, rien que deux de nos plus beaux animaux ! »

Elandar racla sa gorge bruyamment.

« En fait », ajouta Zanadar, « il nous en faudra trois ».

Renna regarda Morgan, il acquiesça. « On dirait qu’on a gagné une personne. »

« Oh, je ne sais pas… » elle s’estompa en plaisantant, « le Ministre Adlus lui-même à spécifié que vous seriez deux. Je ne voudrais pas lui désobéir. »

« Ne pense même pas à la ramener avec nous, petite peste ! » brailla Elandar.

« Je ne la ramenais pas, je promets. J’essaie juste de faire un bon travail. Je ne sais pas ce qu’il se passerait si je vous donnais trois chevaux alors que mes instructions me disent de ne vous en laisser que deux. Parce que, à ton époque, je serais lapidée pour autant d’insolence », dit elle aigrement.

« Sale bonne femme ! » brailla le vieil homme, presque choqué, « je devrais te transformer en cheval ! »

« Comme ça je pourrais vous faire sortir de mes étables avec quatre pieds au lieu de deux. »

Morgan grimaça. « Ne faisons rien de dramatique. »

« Je dois m’excuser pour mon vénérable compagnon », dit Zanadar en se plaçant en face du vieux sorcier, « il est très vieux, tu vois, et assez énervé par le fait. Et il n’irait pas sur une seule monture avec moi, et comme tu peux sûrement l’imaginer, je doute que Morgan soit très charmé par l’idée de partager sa monture avec lui. Si nous avions un troisième cheval, ça serait nous faire une merveilleuse faveur. Il doit y avoir un moyen de te convaincre. »

Renna lanca à Morgan un regard appuyé. « Tu sais ce que je veux. »

Le ranger eut un serrement à la gorge, il pouvait se sentir rougir. « Peut être pouvons nous juste l’acheter ? » demanda-t-il.

« Tu sais aussi bien que moi que ces chevaux ne sont pas à vendre, Morgan », dit elle avec un sourire dévastateur.

Morgan piétinait, mal à l’aise, ce qui semblait apporter un cruel plaisir à Renna. Il regarda Zanadar, désespéré.

« Peut être qu’on peut en louer un ? » interjeta l’homme imposant.

Renna soupira pour montrer son désappointement, et son regard arrêta de se fixer sur Morgan. « Ça me paraît être de la corruption. »

« Je suis désolé, je ne voulais pas m’impliquer »

« Heureusement pour toi, je suis très susceptible par rapport aux pots de vin », interrompit-elle avec enthousiasme. « Combien d’argent as-tu ? »

Zanadar grogna, et encore une fois il délaça les cordes de sa bourse, et regarda à l’intérieur.« Pas autant que j’avais ce matin », marmonna-t-il. Il vida le contenu de sa bourse dans sa main, et dénombra quelques larges pièces. « Ça ? » demanda-t-il, en les montrant à Renna.

« On dirait une blague », répondit-elle.

« Je peux ajouter ça », dit Morgan, en rajoutant quelques pièces de plus dans la main de Zanadar.

« Maintenant on arrive à quelque chose. Et toi, vieil homme ? » dit elle à Elandar, « c’est ton cheval après tout. »

« Ne pousses pas ta chance, ma petite demoiselle », grogna-t-il.

Renna ria et tapota son menton, en pensant. « Je suppose que ça ira », dit elle en attrapant adroitement les pièces de Zanadar. « C’était un plaisir de faire des affaires avec vous, messieurs. »

« On s’arrêtera demain matin, juste avant l’aube, pour prendre les chevaux », dit l’homme imposant.

Renna eut un mouvement de recul. « C’est tôt. »

« Heureusement que tu avais fait une sieste », marmonna Elandar alors qu’il commençait à se retirer vers l’entrée.

« Heureusement »,renvoya Renna, en souriant dangereusement. « On se voit demain Morgan. »

Morgan rit, un peu mal à l’aise, et suivit les autres dans les rues. Les trois hommes commencèrent à marcher jusqu’à la taverne en silence. Les rues étaient toujours remplies, mais un silence relaxant était tombé sur eux en même temps que le soleil disparaissait à l’horizon. Morgan regarda Zanadar. L’homme imposant lui souriait stupidement.

« Ne fais pas ça ! », dit le ranger gêné.


Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Vanguard ?

211 aiment, 43 pas.
Note moyenne : (264 évaluations | 25 critiques)
6,4 / 10 - Assez bien
Evaluation détaillée de Vanguard: Saga of Heroes
(71 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

210 joliens y jouent, 964 y ont joué.