La recrue Aldric Mason



-

-

-

L'arrivée


Chère famille,

Je vous fais des excuses pour ne pas vous avoir écrit plus tôt,je sais je l'avais promis - mais les choses bougent tellement vite dans la ville,que je perd la notion du temps. Je suis arrivé sans problème dansNew Targonor, à la fin de la semaine dernière, afin de commencermon entraînement. Cela est nécessaire pour être admis dansla grande armée.

Ces étés, passés à jouer autour des casernes situéesderrière la maison, m'ont bien servis. Car je me suis déjàaccoutumé au code quelque peu unique du comportement militaire, auqueld'autres semblent avoir plus de mal à s'adapter.
Je me suis fait pas mal d'amis, mais la plupart du temps, j'ai préférérester seul. Toutefois, j'assume ce choix. Les gens ici semblent êtretoujours pressés, mais ils sont néanmoins polis et serviables.Un négociant local a pris le temps de faire une pause pour m'aider àme guider vers le dortoir de l'officier responsable, mais ensuite il est repartiavant que j'eu l'occasion de le remercier correctement. Quand le temps me lepermettra, j'ai l'intention de retrouver le magasin de cet homme et de lui payerun verre.

A mon avis, je pense savoir ce que vous voulez vraiment entendre maintenantque vous me savez vivant et en forme. Et la réponse est oui, la villeest vraiment aussi grande qu'ils le disent. Plus grande même. Le fortqui garde notre village pourrait se voir pousser des jambes et se déplacerjusqu'à la porte de New Targonor. Jamais de ma vie j'aurais pu imaginéqu'un tel endroit existait. Même pendant les exercices les plus intensifs,l'emplacement des grands murs nous inspire tous. Ils sont massifs et peuventsurvivre à tout, à part aux dieux mêmes. Le capitaine nousréclame, j'écrirai plus dès que je le pourrai. Envoyezmes souhaits aux autres, et veuillez vous assurer qu'oncle Zeke ne fasse pascuire mon porc.

New Targonor


Chère famille,

Toutes mes excuses pour m'être arrêté aussi brutalementdans ma dernière lettre - le toit au-dessus de notre bâtiment d'approvisionnements'était partiellement effondré et nous avons dû le réparerrapidement ou bien le mauvais temps aurait pu endommagé notre équipement.Je suis sûr, cependant, que vous êtes désireux d'entendreplus au sujet de la ville.

Avant qu'on m'ait permis d'entrer dans New Targonor, j'ai étéinterrogé longuement par un des nombreux gardes postés àla porte. Cependant, je n'ai pas été offensé, en fait ilest agréable de voir qu'un tel soin soit pris pour sécuriser laville. Et voyant un jeune homme ne portant rien, mis à part un sac àdos et un gourdin, je peux comprendre la nécessité de savoir quelleétait ma raison d'être là. Après m'être expliquésur mes affaires ici, le garde semblait resplendir considérablement.Il m'a dit que la formation pourrait être très éreintée,et que je serais poussé à mes limites mais il m'a conseilléde rester fort et de la finir parce que le résultat final sera trèsgratifiant. Il m'a semblé être un homme bon, peut-être queje servirai à ses côtés un jour.

Je n'ai aucun mot pour décrire exactement ce qui s'est produit aprèsque je traversais les portes principales. La transformation était commencée,dans quelques pas seulement, je quittais la campagne ouverte et entrais dansune ville fortifiée débordant franchement d'activités.Même les plus grands festivals de chez nous ne peuvent pas êtrecomparables à un jour ordinaire dans New Targonor. Des négociantscolportent leurs articles à chaque coin ; des ouvriers pendent sur lafaçade des bâtiments, les construisant toujours plus hauts et desgardes blindés patrouillent dans les rues, faisant de leur mieux pourrester en arrière jusqu'à ce qu'ils soient demandés.

Un matin, faisant partie d'une patrouille de nouvelles recrues, je marchaisà travers d'une partie de la ville ; le chariot d'un marchand, pleinde pommes, a cassé un de ses axes et s'inclinait de plus en plus, renversantson contenu dans la rue. Deux gardes l'ont aidé à nettoyer ledésordre et ont surveillé le chariot tandis que le négociantallait trouver un de remplacement. Je pense que j'aurai beaucoup de plaisirà servir.

J'ai entendu dire que la semaine prochaine toutes les nouvelles recrues serontinvitées à dîner dans la tour même, un soir. J'espèrebeaucoup que cette rumeur s'avèrera être vraie. De tous les mursmassifs de la cité, la tour est celle qui a les plus grands. J'ai vudes crêtes de montagnes plus proches de la terre que ne l'ai la tour.Je ne m'attends pas à ce que nous puissions monter jusqu'en haut, carje m'étais dit que c'était un secteur restreint, réservépour la royauté et les plus importants diplomates seulement.
Arrivé à mi-chemin, je me demande à quelle distance jepourrais voir. C'est excitant d'y penser. Je me suis calmé. Je ne doispas trop espérer tant que le capitaine ne nous en parle pas. Mais j'attendraiardemment jusqu'à ce qu'il le fasse.

Le diner


Chère famille,

Au moment ou je vous écris, mon coeur bat encore très fort. Jeviens de revenir d'un banquet tenu, en notre honneur, dans la tour ce soir.C'était vraiment une merveilleuse expérience et certainement unpoint culminant de ma vie.

Le capitaine a attendu pour nous dire quoi que ce soit jusqu'à ce matin,à l'aube, juste au moment où nous nous sommes réveillés.
Pendant que nous avons commencions à nous préparer pour les exercicesd'entraînement et les opérations du jour, le capitaine marchaitdans les baraques et agissait comme s'il a été extrêmementdéplu par nous. J'ai pensé qu'une des recrues avait causéquelques troubles dans la ville et a été arrêtéesur la voie où il tempêtait.

Après quelques instants il força un sourire, quelque chose qu'ilfait rarement, et nous a demandé d'aller au bain et de mettre nos vêtementsles meilleurs.
J'avais mille choses dans la tête quand nous sommes sortis à toutevitesse pour faire ce que le capitaine avait ordonné. Je n'étaispas le seul qui avait entendu la rumeur que nous devons être invitésà la tour - beaucoup d'autres ont spéculé avec agitationque ce soir devait peut-être être "le soir". J'auraiseu beaucoup de regrets en effet si cela n'était pas le cas, mais je n'aipas voulu y fonder mes espoirs pour le cas où il n'y avait pas de quoifaire tout ce chahut.

Après que nous nous soyons tous baignés, ce qui je dois direétait très nécessaire, nous nous sommes réunis aufond de nos baraques comme cela nous a été demandé. Lecapitaine nous attendait et c'est là qu'il nous a informé quenous mangerions à l'intérieur des murs de la merveilleuse tour.
Je suis de retour il y a a peine une heure et je ne me rappelle même pasce que nous avons mangés. Qui aurait pensé que je partageraisun repas avec des diplomates importants et même la royauté? Jem'égare, je sais. Il est tard, j'en écrirai plus bientôt,je le promets.

Les docks


Chère famille,

Comme vous le savez, je n'ai jamais été excessivement fanatiqued'être dans l'eau - particulièrement quand je ne peux pas voirle fond. Cette semaine cela a changé complètement. Nous avonscommencé notre formation navale il y a plusieurs jours et malgréque le travail soit dur et physiquement épuisant je dois dire que jel'apprécie complètement.

Les docks sont lointains sous la ville dans une grande caverne naturelle quis'ouvre directement sur la mer. Y arriver juste est une aventure en soi. Enraison du temps que l'on prend pour les atteindre, nous avons déplacénos casernes vers un bâtiment juste en dehors des jetées pour ladurée de nos exercices navals. Cela a pris un certain temps àmes yeux pour s'ajuster sur la faible luminosité des cavernes, de plusje ne suis pas accoutumé à n'avoir aucun ciel au-dessus de matête. Même si je sais que la ville est au-dessus de nous, je mesens légèrement exclu d'elle. J'aime descendre ici, mais il faittoujours bon de revoir le soleil.

Nous nous exerçons la plupart du temps sur les plus petits navires dela flotte, qui sont néanmoins beaucoup plus grands que n'importe quelbateau sur lesquels j'avais monté auparavant. Au début le basculementconstant me rendait nerveux et rendait difficile à manoeuvrer malgréle calage, mais plus je suis sur l'eau, plus je l'aime. Elle a un effet reposantque je n'ai ressenti nulle part ailleurs. Je ne peux pas beaucoup aider alorsje prends un moment pour me reposer à l'arrière, et observer àchaque fois que nous laissons les docks et que nous osons nous aventurer enmer. La vue de la ville, se tenant fièrement sur les falaises rocheuses,est quelque chose dont je doute me lasser un jour.
A bientôt,

La bibliothèque


Chère famille,

La ville a été sous le siège constant de violentes pluiestorrentielles toute la semaine. Pour les premiers jours, le capitaine nous aemmené en entraînement malgré le temps, mais les champssont, depuis, devenus beaucoup trop boueux pour nos marches. Seulement les forcesd'élite de la couronne travaillent dans de telles conditions et étrangement,ils semblent en réalité apprécier cela.

Hier, après trois jours d'exercices exténuants et répétitifsà l'intérieur , on nous a finalement accordé un jour àutiliser comme il nous convenait. La plupart des recrues sont restéescloîtrés dans les baraques et d'abord, je suis resté àl'intérieur aussi, décidé de rattraper tout le repos nécessaire.Ce plan fut rapidement abandonné quand il est devenu clair que je neserais pas capable de dormir avec le tonnerre qui se répercutait dansnos chambres.Au lieu de cela, j'ai pris cette occasion pour visiter la grandebibliothèque de New Targonor. Jamais dans ma vie je n'ai vu tant de livresconcentrés à un seul endroit. J'ai essayé de convaincrecertaines des autres recrues de venir avec moi, mais en vain. C'est ahurissantcomment peu d'entre eux sont capables de lire et écrire. Je me rendsmaintenant compte que tous les longs hivers où vous m'avez fait êtreassis avec les scribes étaient du temps non gaspillé.

Donc je me suis assis dans la bibliothèque une après-midi entière,examinant complêtement ces tomes. Les manuels, les aventures et histoiresépiques qui remplissaient la majeure partie des rayons et comme j'aiétudié de près les pages, les heures ont semblépasser comme des minutes.
Il me prendrait des années pour absorber tout ce que la bibliothèquea à offrir. J'attends avec énormément d'impatience le jouroù j'aurai du temps pour revenir et prêter aux textes toute l'attentionqu'ils méritent.

Le temple


Chère famille,>

J'ai du avoir patrouiller vers l'entrée du temple de New Targonor, unecentaine de fois, mais jusqu'à aujourd'hui je n'avais jamais étéà l'intérieur. Comme vous le savez, je ne suis pas un homme trèsreligieux, mais après avoir vu l'intérieur du temple, je faispresque le souhait de l'avoir été. Beaucoup de recrues sont entièrementdévouées à leurs croyances et accordent une quantitéd'heure significative au culte. Je commence à les envier.

Le temple lui-même a été construit directement dans leflanc de la terre, lui donnant une apparence très unique. L'entréeest grande en effet, et bien que les salles elles-mêmes ne soient pascolossales, elles sont nombreuses. Je n'ai pas eu le temps d'explorer beaucoup,mais à l'allure des vestibules je pense qu'il y, en effet, encore beaucoupà voir. Peut-être, pendant une autre visite, j'inviterai un desprêtres à me guider dans les lieux, s'il peut trouver le temps.

La remise des diplômes


Chère famille

Ma formation est terminée, depuis hier. Après la cérémonied'induction ayant lieu au plus tard cette semaine je serai officiellement unsoldat dans la grande armée de New Targonor. Les mots ne suffisent paspour décrire à quel point je suis excité par ceci. La formationa été dure, elle a parfois semblé impossible, mais elleest très gratifiante.
Le capitaine nous a demandé de soumettre les demandes concernant le secteurspécifique de l'armée où nous voudrions servir mais j'aiquelques difficultés à faire travailler mon esprit. Bien que travaillersur les navires de mer était une expérience étonnante,je voudrais également voir beaucoup plus de Thestra, alors peut-êtreque je demanderai un poste de garde à la tour. J'ai jusqu'à demainsoir pour soumettre ma demande, en attendant je continuerai à réfléchir.Le capitaine n'a fait aucune promesse qu'on accorderait nos demandes àl'un ou l'autre, ainsi la chose peut très bien être discutable.

Autrement, maintenant que notre formation est finie, nous avons étérécompensé par un petit peu de temps libre. Je suis fier de dire,cela après beaucoup de recherche, que j'ai pu retrouver le négociantqui m'avais aidé la première fois quand je suis arrivédans New Targonor, il y a plusieurs semaines. Je ne connaissais pas toutes lesbonnes tavernes de la ville, mais il m'a suggéré un endroit appeléle "The Baron's Tooth". C'était bruyant et turbulent, maisamusant et j'ai pu enfin lui payer un verre.

J'espère que vous allez tous bien et je vous écrirai encore dèsque je découvrirai où je serai assigné.>

Recrue Aldric Mason

-

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Vanguard ?

211 aiment, 43 pas.
Note moyenne : (264 évaluations | 25 critiques)
6,4 / 10 - Assez bien
Evaluation détaillée de Vanguard: Saga of Heroes
(71 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

210 joliens y jouent, 964 y ont joué.